Ouganda, CACI

2016-05%20Uganda%20lv%201%20IMG_2675_edi
 

Les personnes

Le luganda est la plus grande langue d'Ouganda. Ceux qui parlent la langue s'appellent Baganda. Le pays de l'Ouganda porte le nom de ce groupe ethnique de 5,5 millions d'habitants.

De nombreux jeunes et adultes manquent de compétences de base en lecture, en écriture et en calcul. Cela conduit à l'exclusion et à la vulnérabilité. Ils sont facilement trompés, ils sont victimes de discrimination, ils ne connaissent pas leurs droits. Ils ne peuvent pas contrôler leurs propres finances ou calculer les prix.

De nombreux jeunes de la campagne déménagent dans les grandes villes de Kampala et d'Entebbe dans l'espoir de trouver un moyen de subsistance. L'esprit d'entreprise et la volonté de réussir sont excellents. Mais sans éducation, il est difficile de franchir le seuil de pauvreté. Les jeunes garçons conduisent des motos-taxis, les filles travaillent comme domestiques. Si vous parvenez à lever un petit capital initial, vous pouvez acheter des biens et les vendre. Certains ne trouvent pas de travail et ont honte de retourner dans leur village d'origine. Cela peut être la porte d'entrée vers le crime, la prostitution et la misère.

 

L'organisation partenaire

L'organisation locale CACI (Change African Child International) travaille dans les grandes villes de Kampala et Entebbe. Ils ont déjà un emploi parmi de jeunes chômeurs ayant une formation en artisanat, en entrepreneuriat et en initiatives sociales. Les participants se voient ainsi proposer d'autres activités qui, combinées aux nouvelles connaissances en lecture, en écriture et en mathématiques, peuvent conduire à un gagne-pain.

Depuis son lancement en 2013, le programme s'est de plus en plus implanté. Les cours sont demandés dans toute la région. La proportion d'abandons sans avoir terminé le cours est très faible, inférieure à 15% (dans la plupart des programmes similaires, elle est de 50% ou plus). Au fil des ans, plus de 100 groupes d'étude ont été menés avec environ 2 200 participants.

Les cours

Au cours des années 2013-2016, l'ALEF a préparé une série de trois cours et manuels sur le luganda en collaboration avec l'équipe du projet.

En 1ère année, vous apprenez à lire et à écrire en luganda et à lire des textes que vous créez vous-même. Vous parlez des défis quotidiens courants et prenez des décisions sur la façon de les gérer.

 

L'année 2 se concentre sur la façon d'utiliser les quatre méthodes arithmétiques dans la vie quotidienne, tout en continuant à lire et à écrire. Cette année présente également des conversations légères en anglais.

En 3ème année, vous lisez des textes plus longs. Les droits de l'homme sont discutés en fonction de la situation locale. Les groupes apprennent à créer et à gérer ensemble une association économique. Ils apprennent également à lire et à écrire en anglais, et à interpréter divers documents en anglais qu'ils rencontrent dans la vie quotidienne, par ex. factures, notes scolaires et signes.

Pendant la période mai-octobre, les groupes se réunissent deux fois par semaine. Ils se retrouvent dans des pièces qu'ils aménagent eux-mêmes, parfois sous un arbre, parfois dans une cour arrière ou dans le salon de quelqu'un. Les chefs de groupe viennent de la même région que les participants et reçoivent une formation de deux semaines à la méthode. Un coach visite chaque groupe régulièrement.

Résultats

Depuis le lancement du projet en 2013, nous avons vu des résultats fantastiques. Les individus et les groupes commencent à changer leur vie, à gagner un nouvel espoir, à prendre le contrôle de leurs finances et à lancer des activités génératrices de revenus. Ils commencent à travailler ensemble en groupes et revendiquent leurs droits humains fondamentaux. Ils se dressent contre les abus de pouvoir et la corruption.

 

Ce qui frappe dans le projet en Ouganda, c'est que tant de groupes et d'individus ont créé différentes entreprises. Voici une sélection des nombreuses petites entreprises qui ont grandi grâce au projet:

 

  • Certaines femmes ont créé une coopérative de pêche et acheté plusieurs bateaux de pêche. Ils ont séché le poisson et l'ont vendu en tonnes aux acheteurs.

  • Un autre groupe a lancé une boulangerie et une production d'œufs. Ils vendent du pain et des œufs aux écoles locales.

  • Un charpentier a pu démarrer une coopérative d'épargne pour plusieurs menuiseries, ce qui lui a permis de bénéficier d'un fonds de roulement et de pouvoir se développer et investir dans l'entreprise.

  • Certains jeunes ont créé une troupe de danse qui se produit lors de fêtes et de mariages moyennant des frais.

  • Une femme achète du poisson qu'elle fait frire et vend au marché. Elle effectue tous les paiements et commandes sur son mobile.

Un autre effet important du projet est que les enfants des participants reçoivent une meilleure éducation. Les mères se rendent compte que les filles doivent également aller à l'école. Grâce à l'amélioration de leurs finances, ils peuvent se permettre de payer les frais de scolarité et d'acheter des manuels pour leurs enfants. Grâce à la connaissance de l'anglais, ils peuvent lire et comprendre les notes scolaires des enfants et les premières années d'école, ils peuvent aider leurs enfants à faire leurs devoirs.

 

À l'automne 2017, deux étudiants de l'Académie Sahlgrenska de Göteborg ont chacun évalué le projet de l'ALEF en collaboration avec le CACI en Ouganda. Ici vous pouvez télécharger les rapports.

Projet 2020

En 2020, la CACI prévoyait de diriger 54 groupes d'étude avec un peu plus de 1100 participants. Ils venaient de commencer à former des chefs de groupe lorsque des restrictions à la liberté de mouvement ont été introduites en raison de la pandémie corona. Beaucoup ont perdu toutes leurs opportunités de revenus et la famine s'est propagée rapidement. La nourriture a ensuite été distribuée aux nécessiteux du réseau de l'organisation grâce à l'argent que l'ALEF a pu collecter.

Ce n'est qu'en juillet-août que les 54 groupes d'étude ont commencé. CACI rapporte maintenant que les prix sont encore meilleurs que d'habitude. Pendant la clôture, les participants ont lu les manuels avec leurs enfants qui rentraient de l'école. Ils ont discuté de ce qu'ils pouvaient faire et de nombreuses familles ont lancé de petits projets, par ex. faire pousser des légumes dans des bols et des sacs en plastique. Au début de la première année, les mères ont commencé à aider les enfants à apprendre les lettres. Les enfants et les parents apprennent mieux et se rapprochent les uns des autres.

L'année 3 a commencé en premier et se terminera en décembre 2020. En janvier 2021, l'année 2 se terminera et l'année 1 se poursuivra jusqu'à la mi-février.

Étant donné que les groupes ont commencé tard et pour pouvoir suivre les exigences des autorités pour les petits groupes et les protège-dents, le lavage des mains, etc., le coût pour les groupes de cette année sera plus élevé que prévu. Nous devons collecter 85 000 SEK supplémentaires pour couvrir la totalité du coût.

KAMPALA
En bref

Début: 2016

Organisation partenaire: CACI

Langue: Luganda

Région: Kampala

Nombre de groupes 2020: 54

Nombre de participants 2020: 1 100

 
 
 
ALEF, Adult Learning and Empowerment Facilitators

Le premier pas pour sortir de la pauvreté, de l'oppression et de l'exclusion.

E-mail: info@alef.org

Téléphone : 072-3415615

Numéro d' organisation: 802452-4681

Plusgiro: 90 02 17-1

Swish: 123 900 2171

© 2019 by ALEF   |   Sekretesspolicy