Togo et Bénin, ACATBLI

2016-03_Atakpam%C3%A9_P1070063_edited.jp

Les personnes

Les Ife sont un groupe ethnique d'environ un quart de million, qui vivent dispersés dans plusieurs centaines de petits villages et quelques villes dans les savanes du centre du Togo et du Bénin. Leur centre au Togo est la ville d'Atakpamé, située à 160 km au nord de la capitale sur la côte atlantique, Lomé. Au Bénin, les Ife vivent autour des petites villes de Doumé et Tchetti.

Plus de la moitié de tous les adultes et jeunes de l'Ife n'ont jamais été scolarisés. Les gens vivent de l'agriculture, principalement du maïs, des haricots, des ignames et du mil. Le sol est caillouteux et pauvre, et la pluie est souvent rare. La pauvreté est dominante. Beaucoup souffrent de maladies tropicales telles que le paludisme, la diarrhée, les parasites et le VIH / sida. Il n'est pas rare que des parents illettrés évitent d'envoyer leurs enfants à l'école. Ils ne réalisent pas l'intérêt d'aller à l'école à moins de vouloir quitter la campagne pour travailler dans une grande ville.

L'organisation partenaire

Le projet est géré par une organisation locale, ACATBLI. Il est né du travail que la fondatrice de l'ALEF, Hélène Boëthius, a entamée dans les années 80 et 90 auprès des Ife. Elle a été une pionnière dans l'écriture de la langue auparavant non écrite, a commencé à produire des brochures imprimées et a initié la traduction de la Bible avec des chrétiens locaux. En collaboration avec Akoété Agbemadon, l'actuel leader de l'ACATBLI, Hélène a créé des supports de cours d'alphabétisation pour les jeunes et les adultes. Ils ont développé un programme d'éducation des adultes dans les nombreux villages de la savane. Aujourd'hui, environ 50 000 personnes ont participé à un ou plusieurs cours, et la société a commencé à changer à mesure que les gens utilisent la lecture, l'écriture et le calcul dans leurs activités quotidiennes et créent des comités de village pour le développement.

Les cours

L'ACATBLI dispose de groupes d'étude dans la région des Plateaux au Togo et dans les provinces de Tchetti et Doumé au Bénin. Le programme éducatif comprend trois niveaux. Au premier niveau, les participants apprennent à lire et à écrire dans Ife, tout en discutant de différentes situations de la vie et comment y faire face. Au deuxième niveau, ils apprennent la numératie appliquée. Les discussions sur la façon de faire face aux défis spécifiques de la vie se poursuivent. Les participants créent ensemble leurs propres textes où ils expriment leurs pensées. Au niveau 3, ils apprennent à manipuler différents documents dans la langue officielle, le français. À ce niveau, ils apprennent également les méthodes agricoles modernes et comment gérer une coopérative agricole.

Les deux tiers des participants sont des jeunes filles et des femmes. Chaque groupe d'étude de 20 se réunit trois fois par semaine, environ 2 heures à chaque fois. Le groupe est dirigé par une personne du village, qui a reçu une formation de deux semaines sur la façon de diriger un groupe. Un superviseur expérimenté vient une fois par mois sur un cyclomoteur pour assister à la réunion de groupe et s'assurer que tout se passe bien et que les participants se maintiennent et apprennent.
 

Le programme de formation

L'ALEF finance le travail de l'ACATBLI au Bénin depuis 2011. Le travail de l'ACATBLI en langue Ife signifie beaucoup dans ce domaine, où peu d'autres efforts de développement sont faits par des agences privées ou gouvernementales.
 

En 2019, les 60 groupes béninois qui avaient précédemment participé au niveau 2 ont pu terminer leur troisième et dernier cours de niveau. Les deux chefs de projet basés au Togo ont également effectué une visite d'étude du projet en Ouganda début octobre. Cela signifiait beaucoup pour la compréhension des chefs de projet de la façon dont l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du comptage peut être intégré aux activités génératrices de revenus.
 

Pour 2020, ALEF a choisi de se concentrer sur le programme d'éducation au Togo. Un ancien partenaire financier a soudainement mis fin à la collaboration, même si plus de 100 groupes étaient au milieu du programme. Grâce au financement de l'ALEF, ACATBLI s'assure désormais que les 70 groupes qui ont terminé le niveau 1 en 2019 continuent désormais avec la numératie au niveau 2. Les chefs de groupe ont été formés fin 2019, et les groupes venaient de démarrer lorsque la crise corona a conduit à des restrictions qui ont fait impossible pour les groupes de se rencontrer. En juin, les 70 groupes pourraient recommencer à se réunir, avec la restriction que pas plus de 10 personnes ne peuvent se réunir à la fois.
 

En mai et juin, grâce à de généreux dons à l'ALEF, l'ACATBLI a pu distribuer une aide alimentaire à plus d'une centaine de familles qui ont été durement touchées par de mauvaises récoltes combinées à des augmentations de prix et des pertes de revenus dues aux restrictions dues à la pandémie.
 

Résultats

Les résultats rapportés par notre organisation partenaire ACATBLI témoignent d'une société où il était normal d'être analphabète. Ceux qui participent aux groupes reçoivent un avantage que la plupart des autres n'ont pas.

Un exemple de ceci est que de nombreux participants et chefs de groupe ont du mal à assister aux réunions de groupe au moment de vendre le coton et de récolter les noix de cajou. Ils sont embauchés par les acheteurs pour les aider, car ils sont alphabétisés et connaissent le calcul. Leurs connaissances nouvellement acquises les empêchent d'en apprendre davantage! Cela a été résolu en organisant des réunions de groupe supplémentaires, où ceux qui ont reçu des emplois supplémentaires pendant la récolte peuvent rattraper les sections qu'ils ont manquées.
 

Puisque les participants au niveau 3 apprennent à lire un peu de français, ils peuvent désormais suivre les travaux scolaires de leurs enfants. Ils ont appris à lire les notes scolaires des enfants thème par thème et à comprendre si les choses vont bien ou mal pour les enfants. La proportion de parents qui paient pour un livret de rapport où ils peuvent suivre les travaux scolaires des enfants est passée de 50% à 90% grâce aux leçons du cours ALEF qui en discutent. Les écoles locales signalent que les enfants fréquentent l'école plus régulièrement et que la proportion d'enfants qui réussissent leur année d'études a considérablement augmenté. De plus en plus de parents reçoivent maintenant des certificats de naissance pour leurs enfants, car ils comprennent qu’ils en ont besoin lorsque les enfants commencent l’école.
 

Les mères qui participent aux cours ont appris à gérer les revues médicales pour enfants; ils ont appris à lire les dates auxquelles les enfants doivent être vaccinés et quand vérifier le poids et la santé de leurs nourrissons. 90% des participants ayant des nourrissons se soumettent désormais à des examens réguliers. Ils ont également compris l'importance de l'hygiène des mains et de l'eau propre, et ont appris comment fonctionne le cycle menstruel.
 

Les participants eux-mêmes trouvent qu'ils sont meilleurs dans la gestion des relations. Ils sont moins agressifs et trouvent plus facile d'exprimer leurs pensées et d'écouter les autres. Il y a aussi une toute nouvelle ouverture pour apprendre et essayer de nouvelles choses, en particulier dans l'agriculture. Ils ont compris qu'il était possible d'obtenir de meilleures récoltes en changeant leurs méthodes. Grâce aux coopératives, les habitants des villages sont devenus moins individualistes et ceux qui sont pauvres osent coopérer avec ceux qui sont mieux lotis.
 

Voici quelques résultats concrets relevés par notre organisation partenaire:

  • 90% des participants ont fait quelques changements dans les habitudes liées à l'hygiène et à la santé, par exemple. quand il s'agit d'eau potable, de nourriture et de dormir sous des moustiquaires.

  • 25% des participants qui s'engagent dans le commerce ont commencé à noter qui achète à crédit et à tenir un livre de caisse pour les revenus et les dépenses.

  • Jusqu'à 90% des participants vaccinent leurs enfants.

  • 60% des participants ont appris à utiliser un téléphone mobile.

  • Plusieurs groupes ont créé des coopératives d'épargne et de crédit.

  • Plus de la moitié des groupes font une sorte de travail commun pour s'entraider.

  • 65% des groupes ont créé des comités pour gérer les puits et les pompes à eau.

  • L'organisation béninoise locale qui gère le projet a organisé deux jours de travail dans l'année pour réparer la route principale entre Tchetti et Doumé.

  • De plus en plus de chefs de groupe et de superviseurs ont été invités par les chefs de village locaux à participer au travail avec l'administration locale. Les conseils locaux ont également commencé à donner de la place aux femmes qui ont participé aux groupes, ce qui rehausse le statut des femmes dans les villages.
     

Benin land.png
Benin land.png
Togo land.png
Togo land.png
DÉPARTEMENT COLLINES
RÉGION DE PLATEAUX
En bref

Début: 2013

Organisation partenaire: ACATBLI

Zone: Région des Plateaux et Ministère des Collines

Nombre de groupes 2020: 70

Nombre de participants: 1400