Citations sur ALEF

Ellinor.jpeg
ELLINOR DELROTH
Assistant du Dr Denis Mukwege, Hôpital de Panzi ; Professeur émérite de médecine pulmonaire, Université d'Umeå

"

C'est en RD Congo que j'ai rencontré Hélène Boëthius et fait la connaissance de la méthode unique de l'ALEF pour l'éducation des adultes. J'ai eu le privilège de rencontrer à la fois les participants et les chefs de groupe, et j'ai été impressionné par la manière multiforme d'apprentissage, d'autonomisation et de réduction de la pauvreté qu'implique la méthode ALEF.  

 

Lorsque les organisations locales elles-mêmes choisissent des matières qui doivent être incluses dans le processus d'apprentissage, elles apprennent également des concepts liés à ces matières, par ex. droits des femmes, droits humains, sujets liés à la santé, hygiène, sécurité alimentaire, éducation des enfants, participation et responsabilité dans la communauté locale, etc.  

 

Les participants eux-mêmes m'ont confirmé que cette méthode d'apprentissage a fait une énorme différence dans leur vie.

"

Clive.jpeg
CLIVE KA LUN LEE
Fondateur de la Fondation Phoenix ; spécialiste en entrepreneuriat social; ancien PDG du plus grand prix mondial de l'éducation ; EMBA Global Asia, programme conjoint de Columbia Business School, London Business School et University of Hong Kong Business School

"

ALEF a une vision avec sa pédagogie unique pour équiper les ONG locales pour créer un mouvement mondial pour autonomiser les jeunes et les adultes analphabètes. Alors que de nombreuses méthodes pédagogiques coûteuses ne peuvent pas être appliquées à l'enseignement des analphabètes dans les pays pauvres, l'ALEF a fait des progrès extraordinaires en réussissant à transformer la vie de ses participants en quelques mois. Les adultes qui ont suivi le programme d'ALEF sortent de l'ombre et de la honte d'être analphabètes et aiment apprendre d'une manière amusante, engageante et fondée sur des valeurs, créée en collaboration avec des organisations locales axées sur la vie, les problèmes sociaux et les problèmes sociétaux.

"

thorfinn_helena_6.tiff
HELENA THORFINN
Auteur et journaliste, fondateur de MeSheWe, ancien employé de l'Asdi au Bangladesh

"

C'est en ligne que j'ai remarqué pour la première fois le travail d'ALEF, et comment ils publient régulièrement et avec une grande connaissance des histoires sur l'alphabétisation, et soulignent souvent l'alphabétisation comme une question de droits humains. J'ai commencé à voir le lien clair entre la réduction de la pauvreté, les droits de l'homme et l'alphabétisation, dont je n'étais pas au courant auparavant, et que de nombreux travailleurs humanitaires ont tendance à ignorer. En tant que débatteur sur les problèmes de pauvreté dans le monde, j'ai ainsi commencé à soulever ces questions moi-même lorsque je parle des méthodes et des façons de travailler avec les personnes vivant dans la pauvreté.

 

Je suis impressionné par l'impact énorme que la présence d'ALEF a sur les communautés et sur les individus où ils travaillent. Le travail d'ALEF dans les communautés en Afrique semble suivre toutes les approches recommandées qui existent, et ils semblent connaître et respecter les personnes et les communautés dans lesquelles ils travaillent.

"

adam2.jpg
ADAM BOTT
Vice-président d'Aide conjointe pour le Kurdistan ; Professeur d'anglais et d'histoire au lycée

"

Je suis le travail d'ALEF depuis un certain temps et j'ai récemment eu l'occasion d'observer leur « méthode de groupe d'autonomisation » unique pour l'éducation des adultes lors d'un séminaire de trois semaines avec l'ALEF à Adama, en Éthiopie. Mon travail avec le JHK pour soutenir les minorités déplacées en Irak et en Syrie a été un rappel constant de l'importance de l'éducation de base des adultes pour les pauvres et les marginalisés. Je pense que la « méthode des groupes d'empowerment » d'ALEF est particulièrement adaptée pour répondre à ce besoin important pour plusieurs raisons :

  • Concentrez-vous sur l'ensemble de la société. L'alphabétisation n'est pas seulement considérée comme une compétence individuelle, mais comme une ressource collective, un outil qui renforce les familles et les communautés.

  • Respect des besoins des participants adultes : Les adultes des communautés marginalisées ont une grande responsabilité. Pour être motivés, ils doivent sentir qu'ils apprennent vite, que les compétences ont du sens et peuvent être utilisées immédiatement dans leur vie de tous les jours.

  • Prend l'autonomisation au sérieux. L'attitude de l'ALEF est radicale et fondée sur des principes : « nous ne disons jamais aux gens ce qu'ils doivent penser ». L'objectif est d'aider les participants à utiliser leurs connaissances, leur expérience et leur expertise.

  • Sensibilité aux situations locales. ALEF développe des supports pédagogiques uniques basés sur l'analyse linguistique de la langue cible et la cartographie du milieu de vie dans la communauté bénéficiaire.

  • Évolutivité. La méthode ALEF permet de planifier et de développer rapidement un nouveau projet. Les manuels détaillés, les plans de cours clairs et les systèmes de soutien/suivi facilitent la formation et le recrutement des chefs de groupe.

  • Durabilité. La stratégie d'ALEF consiste, par le biais d'une formation intensive et de conseils dès les premières étapes, à équiper les partenaires locaux pour qu'ils maintiennent eux-mêmes les programmes de groupe d'autonomisation. Ils ne dépendent pas du soutien à long terme de l'ALEF.

"